Culture / Ordinaire Blog

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 20 février 2013

Big Data

Je ne l'avais pas encore mentionné ici : la traduction du texte de d. boyd et K. Crawford, "Six Provocations for Big Data", que nous avons réalisé avec Fred Pailler et Laurence Allard, ainsi que son introduction, ont été publiées dans la seconde édition du Read/Write Book (Read/Write Book 2, Une introduction aux humanités numériques, Sous la direction de Pierre Mounier, OpenEdition Press, Collection « Read/Write Book », 2012.)

Cette version française est donc désormais accessible (sous licence libre cc by-nc-sa 3.0) sur le site InternetActu du Monde.fr, sur le site d'OpenEdition Press (et donc en PDF), et enfin en version papier, dans le RWB2.

J'en profite pour remercier les auteures, qui ont permis la diffusion francophone de cette interrogation méthodologique.

Lire la suite...

mercredi 9 janvier 2013

De la réception à la participation, les approches d’un rôle culturel.

Voici un petit encadré (initialement paru dans la revue "Présences et actions culturelles" - Bruxelles), qui place la notion de participation dans la perspective plus vaste des figures théoriques récentes de la réception culturelle. Perspective qui permet par exemple de mettre en regard certains textes de Walter Benjamin (L'auteur comme producteur, 1936) et les écrits, contemporains, d'un auteur tel qu'Henry Jenkins :



Henry Jenkins :

« Les fans de médias sont des consommateurs qui produisent, des lecteurs qui écrivent, des spectateurs qui participent»

W. Benjamin :

« La distinction entre auteur et public, maintenue conventionnellement par la presse bourgeoise, commence à s’effacer dans la presse soviétique. Là, le lecteur est à tout moment disposé à devenir un scripteur, à savoir un descripteur ou encore un prescripteur. C’est à titre d’expert - fut-ce non pas pour une spécialité mais pour le poste par lui occupé - qu’il accède au statut d’auteur. »


Les manières dont les sciences humaines se sont penchées sur les pratiques culturelles se sont profondément diversifiées au fil des dernières décennies, notamment en ce qui concerne le statut qu’elles accordent au récepteur ou au public des productions culturelles.

Lire la suite...

lundi 10 janvier 2011

Note sur les pratiques en amateur à l'ère numérique.

Ce billet est initialement paru dans la revue " Point de Vue - Présence et Action Culturelles " - Il est téléchargeable depuis le site de la revue (pdf), et je le reproduis ici avec leur aimable autorisation.

De Michel de Certeau à FaceBook, regard statistique et devenir numérique des pratiques en amateur...

Lire la suite...

mercredi 8 décembre 2010

Vers un design libre par C. Andre.

J'avais raté, à l'occasion du dernier Hacker Space Festival de Vitry sur Seine, la communication de Christophe André. Il me l'a gentiment fait parvenir, et a accepté que je la publie ici. La voici donc dans son intégralité. Le texte me parait intéressant, balayant de nombreux aspects d'une démarche de réappropriation, des contraintes les plus matérielles aux soubassements idéologiques revendiqués, en passant par diverses formes d'articulation avec des organisations et institutions existantes :


Je m'appelle Christophe ANDRE et je suis « designer militant ».

J'ai une double formation : je possède un diplôme d'ingénieur ainsi qu'un diplôme national supérieur d'études plastiques (DNSEP). Je vais lors de cette conférence vous expliquer comment j'en suis venu à quitter le monde de l'industrie pour développer d'autres modes de production.

Lire la suite...

mercredi 31 mars 2010

Fucksonomy : l'identité sexuelle next-door.

Le 19 Mars 2010 était diffusé sur France Culture l'émission "Place de la Toile", ayant pour thème : "Porno sur internet : esthétique de l'amateurisme". Sur les encouragements de @sociographie, je republie ici le billet que j'en avais fait à l'époque.

Il a bien été question, au cours de l'émission, d'une influence esthétique des pratiques amateur sur la pornographie. Mais les intervenants ont également défendu l'idée selon laquelle l'influence de l'amateurisme peut se caractériser d'avantage encore par l'efficacité de ses procédures.
J'aimerais insister sur ce point puisqu'il croise mes propres questionnements : la pornographie en ligne fournit une occasion de voir ces procédures amateur à l'œuvre, au travers notamment de leur impact sur l'organisation même des documents à caractère sexuels, et plus largement sur la construction et la répartition des identités sexuelles.

Pragmatiques, les invités ont décrit le contraste entre deux étapes de l'accès aux documents à caractère sexuel ou pornographique, étapes qui peuvent être considérées comme deux manières, pour un sujet, de "se dire", en ligne :

Lire la suite...

lundi 12 octobre 2009

Notes sur Stiegler : Amateur d'art / consommateur d'art

B. Stiegler est un des chercheurs français (philosophe) qui théorise les pratiques amateur (amatrices, non ?), ou encore ce qu'il appelle "l'amatorat". Ses questions et problématiques croisent donc largement celles de ce blog.
J'ai réorganisé quelques notes prises en écoutant la conférence qu'il a donnée le 3 Octobre à La Maison de la Poésie (Paris), intitulée "Sur le progrès" (voir un extrait vidéo), tout en essayant de rester fidèle aux idées développées :

Cette conférence s'articule assez clairement autour d'une opposition entre deux modèles, deux manières d'articuler figure de l'amateur et société industrielle, deux économies, deux manières de penser :

1) Le modèle du consumérisme culturel (de la prolétarisation).
2) Le modèle du logiciel libre, (l'économie de la contribution).

Ces deux modèles, s'ils permettent des interprétations de l'Histoire, ne correspondent pas pour autant à des périodes historiques précises ni même successives. Il n'y aurait pas la période de la prolétarisation puis la période de la contribution, mais plutôt à divers moments de l'histoire, des phénomènes de prolétarisation et des phénomènes de contribution plus ou moins répandus.

Lire la suite...

samedi 5 septembre 2009

Comment la Science-Fiction libère la Science de la domesticité et du bien-être. Do E.T. Yourself, Part. 2

Suite (tardive) de ma lecture du dossier spécial soucoupes volantes et extraterrestres du monde diplomatique de Juillet 09 (lien vers la 1ère partie). Aujourd'hui : De la science-fiction comme laboratoire métaphysique par S. Lehman.

Lire la suite...

dimanche 5 juillet 2009

"Les extraterrestres, entre science et culture populaire" (partie 1)


Le monde diplomatique de Juillet 09 propose un dossier spécial soucoupes volantes et extraterrestres.
L'occasion pour moi de mettre ici en chantier mes réflexions sur le sujet.

1. Marronnier From Outer Space ?

Il peut sembler étonnant de voir ce sujet abordé sur un tel support, et l'éditorialiste lui-même s'interroge, non sans élégance : "Un dossier de cinq pages sur les extraterrestres : le monde diplomatique aurait-il perdu la tête ?"...

Sa réponse, mariant le truisme à l'exo-psychologie, peine à convaincre de la cohérence et de la nécessité du-dit dossier ("l'homme, de tous temps, s'est interrogé etc." ou encore "Sortir de soi pour mieux se comprendre : voilà à quoi nous invitent... les extraterrestres.")

Même à la lecture du sommaire, difficile de cerner la problématique d'ensemble à laquelle le monde diplomatique souhaite nous confronter... Est-il question de s'interroger sur un devenir actuel des croyances et des cultures dites populaires ? De cartographier une zone de conflit entre savoir scientifique et savoirs amateurs ? Ou simplement de profiter "estivalement" de la permanence d'un thème séduisant dans les iconographies et les imaginaires... ?


Mais laissons là cette vue d'ensemble un peu décevante pour nous intéresser aux différents articles :

Lire la suite...

mercredi 18 février 2009

Traduction : Nietzsche, Critique de la Culture de Masse. (Par Douglas Kellner)

Je relaye ici un article sur Nietzsche et la culture de masse, écrit par Douglas Kellner, que je trouve tout à fait intéressant.

Nietzsche a en effet constitué en problématique centrale de ses recherches les fonctions sociales de la culture, cherchant à en repérer les différents visages (culture populaire, bourgeoise, presse, religion, art "authentique"…), les articulant et les confrontant au long de son œuvre, afin d'identifier ce que la culture pouvait avoir de nuisible à l'échelle individuelle et sociale et de dégager, sinon une politique culturelle, du moins ce que seraient les développements souhaitables d'une "grande santé" culturelle.

Je me suis permis de traduire cet article, vos remarques sur la traduction sont les bienvenues.



Nietzsche, critique de la culture de masse

De Douglas Kellner
 : Homepage - Curriculum Vitae - Article original

right

Friedrich Nietzsche peut être considéré, avec Karl Marx, comme un des grands théoriciens et critiques de la modernité, ayant, comme lui, procédé à une "critique impitoyable de tout ce qui existe[0]." La puissante polémique opposant Nietzsche à la religion, à la morale et à la philosophie, déploie un mélange de criticisme inspiré des Lumières et de vitalisme romantique. Elle s'en prend aux aspects "négateurs de vie" de la culture moderne. Nietzsche reproche en outre à la plupart des institutions et des valeurs portées par les sociétés modernes d'opprimer concrètement les énergies et la créativité, et d'empêcher que n'émergent des individus plus forts, et avec eux une société et une culture plus vigoureuses. Dans son évaluation de la modernité, Nietzsche a développé une des premières critiques soutenues de la culture et de la société de masse, mais aussi de l'État, de la discipline bureaucratique et de ses excès. Il a produit ainsi des perspectives qui ont profondément influencé les discours ultérieurs de la modernité.

Lire la suite...